Portrait de Vostok

Bonjour à tous !

Je cherche des personnes ayant eu une expérience de corticothérapie au long cours à forte dose, pour avoir un retour sur l'évolution du dosage en sel dans l'alimentation pendant le sevrage.

Je suis traité depuis le 20 Juillet pour une sarcoïdose, à la prednisone à 1mg/kg/jour, donc 90mg/jour, dosage max. Les symptômes de la maladie ayant totalement reculé depuis un moment (bilans sanguins nickel également), mon médecin m'a fait démarrer la période de sevrage mardi 23 : moins 10mg tous les 14 jours. Ce qui me convient très bien, sauf sur une chose, elle ne veut pas que je touche à ma dose max de 2g de sel par jour avant d'en être à 10mg/jour, donc pas avant Février. Et seulement parce qu'elle m'a trouvé un peu de tension lors de l'examen (je m'y attendais un peu, mon traitement me rend très irritable, et je venais de passer une demie-heure trèèès agaçante avant le RDV).

Je ne demande bien sûr pas une excuse pour m'autoriser une limite haute, contre l'avis de mon médecin, mais je n'aime pas le surprotectionnisme actuel du corps, qui a des résistances qu'on oublie souvent, je l'ai vécu ieurs fois dans ma vie. Tout ce que je cherche à savoir, c'est si à partir de la moitié du sevrage (50-40mg/jour), je peux m'autoriser des écarts de conduite sans trop d'impact, selon l'expérience d'autres personnes.

(En gros, est-ce que je peux me péter le bide à Noël et au Nouvel An comme le reste de ma famille (en évitant les fruits de mer) sans que ça me fasse de l'hypertension et gonfler comme une baudruche :D)

Merci de votre attention

Participez au sujet "Sevrage Corticothérapie et dosage de sodium"