Portrait de nénézéna

Bonjour tout le monde, je viens de m’inscrire sur ce forum. C’est pour vous raconter l’histoire de mon parcours en fiv do. Je n’ai pas eu la chance comme certaines d’entre vous de connaître une grossesse et une maternité normale et épanouies. Mon don d’ovule je l’ai eu en Ukraine, à la clinique appelée Biotex. Vous connaissez certainement cette clinique pour beaucoup d’entre vous ici. Mais si ça n’a pas été si rose pour moi ce n’est pas de la faute de cette clinique. C’est juste pour vous dire qu’il y’a des cas comme le mien qui ne va pas toujours sur des roulettes.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Comme je vous le disais, côté professionnel de la clinique il n’y a pas grand-chose à dire. Car ma fiv do s’est très bien passé, dès le premier essai je suis tombée enceinte. Le bonheur frappait enfin à ma porte. Jusqu’à mes 12 semaines de grossesse, tout allait bien ici en France. Ensuite le début du longue période de stress, qui eu cru que cela m’attendait. Je perds les eaux à 4 mois de grossesse, vous imaginez un peu. Et là je me dis c’est fini pour moi, on bébé je vais le perdre !

Portrait de mimichou
J'aime 0

C’est vrai que ce que j’ai déjà lu les cas se passe plutôt bine après confirmation de la grossesse. Je comprends pourquoi tu souhaite partager ton histoire avec nous. Car tu dois certainement te sentir souvent frustrée. Du fait que tu vois que chez les autres la grossesse et la maternité se sont bien passés. Et que contrairement au autres tu devais te sentir malchanceuse quoi ! Je compatis à tes sentiments, et j’ose croire que maintenant tout se passe bien. Sinon c’est bien de partager ici ton histoire ça te fera du bien.

Portrait de nunoa
J'aime 0

Olàlàlà quand je te lis au début j’ai la chair de poule. J’imagine le pire concernant ton bébé. J’espère vraiment que ce n’est pas ce que je pense. A avoir que ton bébé et décédé, sinon j’aurai vraiment peur de lire la suite. Pour que tu me comprennes, c’est parce que moi-même j’ai accouché d’un mort-né. Et là je sors peu à peu de ce traumatisme. Bon n’empêche raconte ton histoire, c’est ce que moi-même j’avais fait. Donc faire pareil te fera sûrement du bien justement.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Je te comprends Nunoi. Mais malheureusement mimichou, je suis loin d’être loin de mes chagrins. Pour continuer donc, je perds les eaux à 4 mois. Je me rends chez le gygy et il me fait comprendre que je dois rentrer chez moi. Car faire sortir le bébé à ce stade de la grossesse, il ne survivra pas. Je rentre donc chez moi et je n’ai rien d’autre à faire que d’attendre. Et en attendant je suis les consignes, en ne faisant pas trop d’efforts. Je reste beaucoup allongée, bref je fais tout pour garder mon bébé aussi longtemps dans mon ventre.

Portrait de pumpum
J'aime 0

Ça alors, tu as perdu les eaux à 4 mois de grossesse ! Et le bébé a continué de vivre sans problème dans ton ventre ? C’est hallucinant ça, moi je me disais que l’enfant ne peut pas vivre ieurs jours dans le ventre hors du liquide amniotique. Puisque quand je vois la plupart des accouchements, après la perte des eaux, l’accouchement ne tarde pas à avoir lieu. Ton histoire ne sent pas trop bon là Néné, je suis vraiment désolée pour toi. Tu as raison, pour la plupart des témoignages ici, c’est surtout l’étape de fiv pour tomber enceinte qui est souvent difficile. Mais une fois que la grossesse est confirmée, le reste se passe souvent bien.

Portrait de missyreal
J'aime 0

C’est vraiment triste ce qui t’est arrivé Néné. Mais oui Pumpum il peut bel et bien arriver que le bébé continue de rester dans le ventre après la perte des eaux. Même pendant des mois, j’ai vu cela chez la petite sœur d’une amie. Elle avait perdu les eaux à 5 mois de grossesse. Mais elle est quand même arrivée à terme, nous avons été tous étonnés. Mais le bébé est né avec 800 grammes. Comme un bébé prématuré alors qu’elle accouché à 9 mois de grossesse.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Voilà missyreal, exactement, ce sont des choses qui peuvent arriver. Alors je continu d’attendre et bizarrement on me fait comprendre que le bébé se développe bien. Qu’il ne souffre de rien, d’aucune malformation. Je commence à reprendre espoir petit à petit. Tout en priant pour continuer de le garder dans mon ventre le longtemps possible. Mais comme vous pouvez l’imaginer, je traverse une grossesse stressante. Pas comme je l’avais imaginé quand j’étais en quête de conception.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Ma fille est née avec 750 grammes. Elle était toute minuscule et tenait juste dans la paume de main de mon mari. Elle est restée 02 mois à l’hôpital avant de pouvoir sortir. Donc je faisais des navettes à l’hôpital tous les jours pour venir voir mon bébé. Car moi-même j’ai été autorisée à sortir une semaine après mon accouchement. On m’a dit que ce n’était pas nécessaire que je reste à l’hôpital. Ça me fendait le cœur de la laisser tous les jours quand je rentrai à la maison.

Portrait de nunoa
J'aime 0

Excuse-moi de le dire Néné, mais j’aurais préféré vivre une grossesse à risque. Car cela m’aurait préparé psychologiquement à ce que l’enfant puisse en pas vivre. Que de voir sa grossesse se dérouler bien du début à la fin. Et subitement apprendre que son cœur s’est arrêté de battre. Tu peux facilement avoir une crise cardiaque. Car rien, je dis bien rien durant ma grossesse ne présageait quelque chose d’inquiétant. Je ne sais pas si on doit comparer les douleurs, mais c’est ce que je pense moi.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Je vois ce que tu essai de dire Nunoi. Et je ne peux pas prétendre comparer nos douleurs effectivement. Désolée encore pour toi, j’espère que tu finiras par guérir. Je continu donc avec ma grossesse. Et puis paaaf… au cinquième mois de grossesse on m’annonce qu’il faut sortir le bébé. Que ce dernier est en souffrance et risque y rester si on ne le fait pas sortir tout de suite. Je recommence à paniquer, je suis en larmes et je m’en veux énormément.

Portrait de piwi
J'aime 0

Et pourquoi tu t’en voulais Néné. A ce que je sache ce n’était pas de ta faute ! Encore désolée pour ce qui t’es arrivé Néné. Je n’ose même pas imaginer ce que tu ressentais.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Je m’en voulais de n’avoir pas pu garder mon bébé longtemps dans mon ventre. Je me disais que mon corps l’avait repoussé. Et je ne me sentais pas maman quoi. Pour moi, mon bébé devait encore rester dans mon ventre. C’est comme si on m’avait volé ma grossesse. J’allais en salle d’opération les larmes aux yeux. J’étais inconsolable et mon mari avait beau me consoler, j’étais inconsolable.

Portrait de pumpum
J'aime 0

Ça veut donc dire Missyreal que la petite sœur de ton amie en question a eu beaucoup de chance. D’arriver jusqu’au 9ème mois, ayant perdu les eaux depuis des mois. C’est rare ça, moi perso je n’en ai pas encore entendu parler.

Portrait de missyreal
J'aime 0

Eh oui, je ne sais pas si on peut appeler cela chance. Car malgré tout, son bébé est né très très petit. Et jusqu’à présent on s’inquiète toujours pour elle.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Ma fille est née avec 750 grammes. Elle était toute minuscule et tenait juste dans la paume de main de mon mari. Elle est restée 02 mois à l’hôpital avant de pouvoir sortir. Donc je faisais des navettes à l’hôpital tous les jours pour venir voir mon bébé. Car moi-même j’ai été autorisée à sortir une semaine après mon accouchement. On m’a dit que ce n’était pas nécessaire que je reste à l’hôpital. Ça me fendait le cœur de la laisser tous les jours quand je rentrai à la maison.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Je pleurais tous les soirs dans les bras de mon mari en pensant à notre bébé. Elle est restée 02 mois à l’hôpital avant de sortir. Et là était la suite du début d’un autre combat. Car le médecin nous a fait comprendre qu’on ne serait inquiet que lorsqu’elle aura atteint 4 ans. Donc à l’heure où je vous parle, ma fille a déjà 1 an. Mais reste toujours sous haute surveillance. Vous comprenez aussi pourquoi je parlais d’une maternité difficile également.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Eh oui Patpatrol c’est comme si tu avais lu dans nos pensées. Car c’est comme ça que nous surnommons notre fille « la guerrière ». Et c’est pourquoi nous l’avons prénommées Zéna. Nous sommes très fiers d’elle, elle s’est battue comme une guerrière. Nous nous sommes battus pour elle et elle aussi s’est battue pour nous. Cette épreuve nous a rapproché que tout je vous assure les filles. Ça nous a rendus forts et soudés dans notre famille, car nous avons lutté ensemble et nous nous sommes serrés les coudes.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Ah oui c’est très dur Néné ce que tu as vécu et continu de vivre là. Mais c’est déjà bien que ta fille soit vivante et qu’elle ait déjà 1 an. Je me dis qu’elle s’en sortira, c’est une battante. Elle s’est accrochée à la vie cette petite, elle vous a aidé à l’aider aussi. Vous pouvez être fiers de vous-mêmes et de votre battante de fille. Je ne sais pas si à votre place j’aurai tenu hein. C’est vrai que dans ce genre de situation, on réussit à avoir une force supra humaine.

Portrait de piwi
J'aime 0

Et concernant son poids de naissance, est ce qu’elle a vite repris du poids ? Car on a souvent coutume de dire que les prématurés deviennent par la suite des costauds. Est-ce que c’est aussi le cas de Zéna ?

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Oui effectivement elle a rapidement pris du poids. Elle a un peu d’un kilo 1 mois après sa naissance. Et après c’est allé de mieux en mieux. Actuellement elle pèse 6 kilos, c’est déjà pas mal quoi ! Elle a un bon appétit, mais tout est surveillé de près comme vous pouvez l’imaginer. Je sais qu’elle sera costaude en grandissant ma fille. Elle récupère très bien et continu de porter très bien son prénom.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Oui c’est vrai, j’ai moi-même mon neveu qui est né grand prématuré. Aujourd’hui on ne peut pas l’imaginer. C’est un grand garçon de 10 ans bien solide, fort et costaud. Le tout c’est dans le suivi je pense. C’est certes très difficile et délicat, mais si on endure, ça fini bien. Je vous assure qu’aujourd’hui, il n’a rien d’un prématuré. Et fait comme tous les jeunes de son âge. Ça doit être pour cela que le médecin de Néné lui disait que c’est après 4 ans qu’on pourra dire que tout est stable.

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Voilà un peu les filles mon vécu. Je voulais quand même vous en faire part même si je suis un cas isolé. Afin que si jamais il y’en a qui on traversé ou continu de traverser cela. Qu’elles ne pensent pas qu’elles sont les seules. D’ailleurs ça me ferait du bien de savoir que je ne suis pas la seule dans cette situation. Car c’est ce que je ne cesse de penser intérieurement. Notamment concernant les grossesses et maternité après fiv do.

Portrait de missyreal
J'aime 0

C’est vrai ça te ferai du bien de lire un cas pareil au tien. C’est vrai je t’ai raconté le cas de la sœur de mon amie. Mais ce n’est pas totalement pareil parce qu’elle n’était pas passée par fiv do. Tu dois sûrement te dire que c’est de ta faute si c’est arrivé. Mais si tu sais que tu as suivi toutes les consignes du médecin. Tu n’as pas à t’en vouloir, ce sont des choses qui arrivent. L’essentiel c’est que ta fille soit en bonne santé et avec le temps ça ira de mieux en mieux.

Portrait de piwi
J'aime 0

Puis-je savoir Missyreal, si dans le cas de ton amie, c’était à cause de la maman que c’est arrivé ? Car comme tu le dis elle a conçu naturellement. Est-ce qu’elle était encore jeune ?

Portrait de missyreal
J'aime 0

Oui en fait tu fais bien de poser la question. Car effectivement, sa petite sœur a été très négligente durant sa grossesse. Elle ne s’alimentait pas assez, elle était toute maigre pendant sa grossesse. Je ne peux pas affirmer que c’est ce qui a causé cela, mais on peut s’interroger quand même. On avait beau lui parler, pour la ramener à la raison. Mais elle refusait de s’alimenter, et même après son accouchement ça continuait. On aurait dit qu’elle ne voulait pas de ce bébé. Effectivement Piwi c’est une jeune fille de 23 ans.

Pages

Participez au sujet "L’après Fiv do pas toujours rose"