Endométriose : Examen médical

Examen médical 

  • Le diagnostic de cette maladie repose aujourd'hui essentiellement sur la cœlioscopie. Mais celle-ci reste limitée du fait de son caractère invasif. Elle est donc essentiellement réalisée dans les cas sérieux, et en cas de forte suspicion d'endométriose.
  • L'IRM (imagerie par résonance magnétique), est beaucoup fiable que le scanner. Elle est habituellement utilisée pour les lésions nerveuses. En ce qui concerne l'endométriose, l'IRM devrait dans un proche avenir, apporter des éléments diagnostiques particulièrement importants, pouvant permettre de prendre des décisions thérapeutiques adaptées.

Analyses médicales 

Les chercheurs ont tenté de trouver une substance, dont le dosage dans le sang, permettrait d'apporter la preuve de cette pathologie. Cette substance est un marqueur, dont la présence dans l'organisme permet de dire si une maladie est présente. En dosant ce marqueur, il est possible d'autre part, de porter une appréciation sur la gravité de cette maladie.

En ce qui concerne l'endométriose, il s'agit du CA 125 (glycoprotéine, étant une protéine associée à un sucre). Son taux normal dans le sang est de 35 unités internationales par ml de sang. Au-delà, il y a une forte présomption d'endométriose. Malheureusement, certaines patientes ont un taux normal de CA 125 dans le sang, et présentent pourtant une endométriose. On ne peut donc considérer avec certitude que l'élévation au-dessus du taux normal de 35 unités internationales par ml de CA 125 est en corrélation directe avec cette maladie.

D'autre part, il se pose le problème de l'élévation du CA 125, au cours d'autres maladies, comme par exemple certains cancers, en particulier ceux de l'ovaire, et de l'utérus.
On peut donc dire, que l'utilisation de ce marqueur, n'est pas vraiment suffisante pour offrir un moyen de dépistage acceptable. D'autre part, sa spécificité n'est pas non suffisante pour faire un diagnostic individuel valable. Par contre, son utilisation est intéressante pour le suivi thérapeutique des patientes.

3 commentaires pour "Endométriose"

Portrait de Nenuphar-
J'aime 0

LES TAMPAX, ARME CHIMIQUE MORTELLE

Les Tampax (et généralement tous les tampons périodiques) représentent un marché colossal. Or, qui sait que ces cartouches si absorbantes et si pratiques sont imbibées ... de DIOXINES - cette substance hautement cancérogène ?.../...

Une des maladies les directement liés à l’effet de perturbation endocrinienne de la dioxine libérée par les tampons est L’ENDOMETRIOSE.../...

En du cancer et de l’endométriose, Les perturbations des enzymes et des hormones causées par l’exposition à la dioxine ont été associées à : des anomalies congénitales, l’incapacité à porter une grossesse à terme, la diminution de la fertilité, l’installation du diabète, l’altération du système immunitaire, des problèmes pulmonaires, des maladies de la peau.

Lire l'article :

Et que dites vous haut ?
« Brenda Eskenazi, une américaine de l'université de Berkeley, en Californie, a lancé une enquête épidémiologique pour observer les cas d'endométriose chez les Italiennes vivant à proximité de l'usine de Seveso qui explosa en 1976. Selon cette étude, LA DIOXINE serait cause d'endométriose. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J’ai été atteinte d’ENDOMETRIOSE à un stade très sévère de la maladie pendant de longues années. Maladie très douloureuse, très pénible, exténuante, invalidante… qui gâche votre corps, votre esprit, votre vie ! D’autant que les médecins ne m’ont pas écouté dès le départ. D’autant qu’ils n’avaient ensuite aucune réponse, aucune justification à cette maladie, ni aucun moyen de soulager les symptômes, ni les moyens de la soigner. A l’heure actuelle, on ne soigne toujours pas cette maladie ! Et pour cause ! A part des traitements de piqûres hormonales et leurs effets secondaires, très coûteuses, aliénantes, et de toute façon ce n’est pas un soin envisageable sur le long terme, ou l’opération définitive ( ablation de l’utérus et suivant les cas «castration» des ovaires ), c’est vivifiant de vous entendre donner cette seule solution quand vous êtes jeune et même moins jeune !

J’ai toujours su en mon for intérieur que cette maladie était
LE FRUIT D’UNE SALOPERIE !
Que j’étais victime d’UN EMPOISONNEMENT !

Vu que j’étais reléguée seule à ma douleur comme à l’enquête de sa source, j’avais envisagé 4 sources potentielles : les conséquences de Tchernobyl, la pilule, les tampons, l’eau ( plomberie, pollution…).
Quand les premiers symptômes sont apparus, mon corps rejetait avec violence les tampons de cette marque ! Il y avait une crispation très forte et douloureuse, insupportable, du vagin, qui a mis fin définitivement à l’emploi de ces tampons.

J’ai entendu les statistiques qui montent en flèche de l’endométriose.
« L'endométriose est l'une des maladies gynécologiques les moins diagnostiquées. Agissant sur la muqueuse utérine, elle touche environ 5 % des femmes en âge d'avoir un enfant. »

C’est du GENOCIDE ! UN CRIME DE SANTE PUBLIQUE !

Existe-t-il un collectif, une association, qui a porté ou envisage de porter plainte ?

Portrait de Association Espoire
J'aime 0

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter notre site internet spécialisé dans la recherche et l'innovation médicale et chirurgicale de l'endométriose plevienne profonde. Association Espoire:

Portrait de olga80
J'aime 0

Salut à toutes. J'ai 26 ans et ça fait trois ans que j’essaie de tomber enceinte. Mais, il y a un an, on m’a diagnostiquée une endométriose. Les médecins m’ont donné un traitement de contraceptifs pendant 9 mois. Après ça, ils m’ont donné un traitement de progestérone et d'acide folique, mais jusqu'à présent je n’ai pas pu avoir d’enfant. Mon médecin m'a recommandé une fécondation in vitro avec don. Mais j’aimerais savoir s’il y a une autre méthode que nous pourrions choisir. Les docteurs ont fait de nombreux tests de sperme à mon mari et ils sont tous bons. Ils m’ont fait ieurs examens après le diagnostic de l'endométriose et ils indiquent que tout va bien. Mais à part cela, je n'ai qu'un seul ovaire. Merci.

Commentez l'article "Endométriose"