Amnioscopie : Examen médical

Technique médicale 

L'amnioscopie, se pratique après environ 36 semaines d'aménorrhée, c'est-à-dire d'arrêt des règles, chez une femme présentant des contractions de l'utérus, et dont l'accouchement semble imminent.

Cette technique permet d'examiner la clarté, et la couleur du liquide amniotique et spécifiquement, de rechercher la présence de méconiums pouvant témoigner une souffrance du fœtus.

Cet examen permet quelquefois, de vérifier l'existence ou pas, d'une fissuration de la poche des eaux (perte de perméabilité de l'amnios contenant le liquide amniotique), indiquant ainsi, que s'il est nécessaire ou pas, de déclencher prématurément l'accouchement

.Après avoir hospitalisé la patiente, la technique consiste à introduire, tout d'abord l'amnioscope qui est un tube muni d'un système optique, dans le vagin, puis à faire progresser celui-ci, dans le col de l'utérus de façon à atteindre les membranes amniotiques.

Cet examen du liquide amniotique, est effectué par transillumination des membranes, au niveau du pôle inférieur de l'œuf (embryon). Son but est de dépister, à la fin de la grossesse, une éventuelle souffrance fœtale. L'appareil utilisé est l'endoscope, précisément l'amnioscope qui est introduit dans le canal cervical (à l'intérieur du col de l'utérus).

Normalement, cet examen montre un liquide amniotique clair et opalescent, où flottent des flocons de vernix caseosa. Le vernix caseosa est une substance grasse, comparable à du saindoux, qui chez de nombreux nouveau-nés, est étalée en couche ou moins importante sur le dos. Cette substance de nature lipidique (contenant essentiellement des graisses et quelques protéines) recouvre également l'aine et les creux axillaires.

Aucun commentaire pour "Amnioscopie"

Commentez l'article "Amnioscopie"