Mieux vaut prévenir que guérir : cet adage concerne les femmes que les hommes, selon un sondage réalisé par le CSA et l'Observatoire des femmes et de l'assurance auprès de 403 femmes et 402 hommes âgés de 25 à 69 ans.

Santé : la prévention, une affaire de femmes

La santé dépend du mode de vie et de bonnes habitudes respectées au quotidien : c'est ce que pensent 56% des femmes interrogées.
Pour la majorité des hommes, la santé reste une affaire de médecin.

Voilà la principale différence qui ressort de cette étude : les femmes sont nombreuses que les hommes à prendre leur santé en main.

Sur les 403  femmes interrogées :

  • 75% consultent leur médecin d'une fois par an
  • 63% consultent des sites médicaux sur internet
  • ​47% pratiquent l'automédication
  • 15% ont recours aux médecines alternatives : phytothérapie, acupuncture, ostéopathie, homéopathie, ...

En matière de santé, les femmes sont inquiètes que les hommes
Il ressort de cette enquête que les femmes se sentent concernées par leur santé, et donc s'en inquiètent davantage. Elles sont donc orientées vers la prévention, alors que les hommes ont tendance à attendre d'avoir un problème de santé pour consulter un médecin.
Elles sont par exemple nombreuses que les hommes à prêter attention à leur alimentation et à privilégier l'équilibre plutôt que le goût.

L'implication des femmes en matière de santé et de prévention bénéficie-t-elle à toute la famille ?
On peut le supposer : les femmes restent majoritairement les responsables des achats et des repas familiaux. Et à ce titre, elles proposent souvent des repas équilibrés où les légumes et les fruits ont leur place, quitte à lutter contre les envies de "malbouffe" du reste de la famille !
Elles ont également souvent le réflexe "médecine douce" pour leurs enfants (et leur conjoint ... mais c'est parfois difficile ...).

 

Suivant L’astuce du jour : vinaigre, bienfaits et limites !

Aucun commentaire pour "Santé : la prévention, une affaire de femmes"

Commentez l'article "Santé : la prévention, une affaire de femmes"